Centro de Documentación Mapuche Documentation Center

Déclaration publique

COMMUNAUTE WILLICHE DE LLIKALDAD CHILOE

Llikakdad, le 19 Février 2001

castellano


 Face à la situation de mauvais traitements que vivent en ce moment nos famille williche de la Communauté de Llikaldad dans la commune de Castro, Chiloé, de la part des représentants du citoyen nord-américain Jeremias Henderson, la communauté indigène williche de Llikaldad déclare à l’opinion publique ce qui suit :

1. Depuis le mois de Mois de Mars 2000 notre communauté a vu s’interdire le libre accès aux terres de la communauté par l’installation d’un portail  de fer , qui aurait été posé par l’entreprise forrestière ECOFORESTAL, propriété du citoyen Nord-Américain Jeremias Henderson.

2. D’après l’information que nous détenons à ce jour, ce citoyen Nord-Américain, aurait acquis une parcelle de terre dans ce sector à la Banque O’Higgins, qui se situe à six kilomètres de l’endroit où est situé le portail en fer actuellement, interdisant l’accès à des terres communautaires inclues comme propriétés enregistrées.

3. Ces atteintes ne sont pas nouvelles puisque dès l’année 1997, Jeremias Henderson a réalisé des élargissements de chemins et la destruction de forêts sans qu’à ce jour nous ayons eu connaissance d’aucun type d’autorisation de la part des autorités, ni de paiement d’indemnité pour les infractions qu’aurait recouvert la CONAF provinciale pour ces actes illégaux.

4. Notre communauté, qui habite dans ce secteur depuis des temps très anciens, a été atteinte dans ses droits historiques. Nous avons informé la CONADI de cette situation l’an dernier et avons également demandé l’intervention du Gouvernement provincial de Chiloé par une lettre du 23 Janvier 2001 pour recouvrer nos droits ; mais à ce jour nous n’avons reçu aucune réponse de quelque ordre que ce soit., au contraire nous recevons constamment des menaces de la part des représentants de cet entrepreneur nord-américain.

5. En tant que communauté williche, qui fait partie intégrante du peuple indigène premier occupant de Chiloé, nous souhaiterions en appeler à l’opinion publique et aux autorités chiliennes pour que soit mis un terme définitif aux atteintes aux droits de l’homme dont nous sommes victimes et que soit reconnu le fait que nous soyons les légitimes propriétaires de nos territoires. Nous avons pendant des années pris soin et travaillé cet endroit connu comme le Fundo Gamboa, territoire qui se situe entre les fleuves Gamboa et Alcaldéo de Rauco. Notre communauté n’est pas née hier, nous sommes un peuple antique comme en témoigne l’existence de nos Longkos, ceux qui comme notre frère et Longko Gamin Guarategua sont morts en défendant nos terres.

6. Nous ne cesserons pas de défendre nos terres des invasions étrangères qui prétendent aujourd’hui s’y installer comme maîtres de notre territoire et de notre peuple et nous espérons que les autorités arrêtent de faire la sourde oreille à nos légitimes demandes pour la reconnaissance des droits de notre peuple.

A aujourd’hui, Tout comme nous avons demandé la solidarité de notre frère Juan Luis Obispo de Ancud, nous demandons à toutes les personnes de bonne volonté qu’ils se solidarisent avec notre communauté, et ce spécialement à tous nos frères de la province de Chiloé.

Enfin, nous voulons en appeler aux autorités pour qu’ils assument sérieusement nos problèmes, nous ne les invitons pas à s’asseoir à nos réunions afin qu’ils tentent de nous convaincre que nous n’avons aucun droit sur nos territoires, ceux que nous défendons depuis plus de cinq cent ans. En ce moment nous attendons non seulement qu’ils daignent répondre à nos demandes, mais également qu’il prenne conscience  et qu’ils s’engagent effectivement pour la survie de notre peuple qui comme les autres communautés de Chiloé est constamment maltraité par les entrepreneurs étrangers et chiliens.

COMMUNAUTE WILLICHE BUTA WAPI CHILWE SECTOR LLICALDAD

PROVINCIA DE CHILOE, X  REGION, CHILEcacikeswilliche@123mail.cl
 

Traduction à Paris: Laurence Domoaukafé